mercredi, juin 29, 2005

Comment nos dons aux ONG sont-ils utilisés ?


J'ai vu hier soir un reportage sur TF1 sur l'utilisation de l'argent récolté suite au Tsunami qui m'avait laissé perplexe.


Un embouteillage humanitaire, un désastre financier. Les ONG qui se disputent les victimes.

Des victimes interrogées disent ne pas toucher un seul sou alors que des personnes qui ne sont pas victimes du Tsunami reçoivent de l'argent.

Dans les villages où on a besoin d'aide, pas d'ONG ! L'Unicef refuse de donner des vaccins à un groupe de bénévoles français qui en a besoin pour les victimes.

Une vraie cata !

A commencer par la destination des fonds.

Les fonds ne parviennent pas directement aux organismes concernés mais à EDI, un intermédiaire.

Les noms des donateurs fichés selon l'importance des montants.

En plus il y a une polémique entre les ONG concernant l'utilisation des fonds entre Médecins sans frontières et les ONG. Selon Médecins sans frontières il n'y a pas besoin de beaucoup pour donner une aide d'urgence aux sinistrés. L'infrastructure et la reconstruction ce n'est pas la mission première des ONG. Ces dernières ne partagent pas cette opinion.

Puis les hélicos français qui trimbalent la presse au lieu d'aller secourir les gens qui ont besoin d'être évacués pour aller se faire soigner.

Un vrai gaspillage dans l'utilisation des dons reçus.

Trois mois après on ne sait pas où se trouve l'argent, ni comment on l'utilise.

Sur les 350 millions d'euros donnés par les français, 250 millions sont placés en banque à 2% (soit 5 millions en intérêts par an) et 100 millions seulement ont été utilisés, soit 30% des dons !

Quant l'argent est donné à des petites associations, l'argent parvient directment aux victimes. Ces associations les réclament pour encore mieux aider, car les fonds dont ils disposent ne sont pas suffisants pour accomplir leur mission.

Que deviennent les contrôles dans tout ça ?

Impossible à cause du labyrinthe entre les différents ONG a-t-on répondu au journaliste de TF1.

Le reportage dénonce en outre des détournements de fonds reçus par des œuvres d'entraide, dont un s'élevant à 650'000 euros !

A côté de chez nous idem.

Il y a une année en arrière j'ai travaillé comme bénévole pour un resto du cœur à Genève, derrière la gare CFF. Cette association offre des repas gratuits aux personnes nécessiteuses.

Sans rentrer dans les détails, j'ai commencé comme aide avant d'être "promu" responsable financier dans le Comité. Puis, par déformation professionnelle j'avais audité les comptes tenus par les personnes avant moi. L'argent mal dépensé, la comptabilité mal tenue et la personne qui confondait la bourse de l'asso avec la sienne. Sans compter une mauvaise gestion, au jour le jour, sans budget, sans planification. Et pourtant les conseils de professionnel que je suis ne manquent pas.

Epuisé parce que je me suis fait isolé dans le Comité et minorisé à chaque vote à cause de mes remarques "déplacées", j'ai démissionné après 3 ans de fonctionnement.

Et l'Etat dans tout ça ?

Comme pour l'argent du Tsunami: R I E N !

Je vous laisse tirer vos propres conclusions.

Libellés :

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home