mercredi, août 17, 2005

Crashs d'avions en séries

Les faits:


4 crashs, dont 3 meurtriers, rien qu'au mois d'août 2005:


2 août: aéroport de Toronto, un Airbus A340 d'Air France sort de la piste d'atterrissage: aucun mort.

6 août: crash au large de la Sicile d'un ATR-42 de la compagnie charter tunisienne Tuninter, filiale de Tunisair, reliant Bari à Djerba: 13 morts et 3 disparus.

14 août: accident, au nord-est d'Athènes, du Boeing 737 de la compagnie chypriote Helios, reliant Larnaca à Prague: 121 morts

16 août: crash d'un MD-82 de la compagnie colombienne West Caribbean: 160 morts


Les deux premiers crashs à quatre jours d'intervalle, une semaine après, les deux récents à deux jours d'intervalle !

J'étais abasourdi hier soir en apprenant cette catastrosphe à la Télé. J'avais pensé qu'on parlait du Boeing chypriote. Et puis, en tendant l'oreille, non ! C'est bien un autre accident: Mon Dieu ! C'est pas vrai. Quelle tristesse, quelle désolation pour toutes ces victimes et leurs proches.

Tragique loi de Murphy (je reviendrai sur cette loi lors d'un prochain article), la loi des séries ?

La Compagnie colombienne West Caribbean n'en est pas à son premier accident. Cinq mois auparavant, un autre appareil de cette Compagnie s'était écrasé après un incident au décollage, sur une île des Caraïbes.

Devant cette série noire, en principe, des mesures devraient déjà être prises pour renforcer la sécurité puis pour informer les voyageurs sur la Compagnie qui est censée les transporter.

Dans les faits, il n'en est rien. Ce soir, aux infos de 20h, Antenne 2 nous démontre que, pour 4 cas sur cinq, les agents de voyage n'affichent pas les noms des transporteurs. Pire, les voyageurs doivent insister pour le savoir.

Avec les pirates de l'air et les terroristes, l'avion, jusque là considéré comme un moyen de transport sûr est dorénavant considéré comme risqué. Pourtant les Compagnies aériennes et les autorités font tout leur possible pour nous rassurer que jamais la sécurité des avions n'a été à son apogée.

Que devont nous faire face à ces bonnes paroles sinon boycotter les "Compagnies exotiques" ? Mais comment le savoir face au manque de transparence des agents de voyage ?

Au prix que coûte le fuel, les opérateurs et les transporteurs liment au maximum sur les prix, au dépend de la sécurité des passagers. Sans oublier l'entretien qui occupe de plus en plus une part prépondérante dans les prix de revient. Les deux grands constructeurs Boeing et Airbus n'ont plus de département de maintenance, même s'ils sont responsables des défauts de conception des appareils jusqu'à la fin de leur vie. De quoi nous faire dresser les poils du dos.

Fatalité ou irresponsabilité ?

Libellés :

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home