vendredi, janvier 05, 2007

Sauvons notre planète


Jeudi soir sur Antenne 2 Yann Arthus-Bertrand nous présente "Vu du ciel", une série en 4 épisodes consacrée aux grands enjeux de la planète.
Dans ce 2ème épisode, le téléspectateur se laisse émerveiller par des images de la nature d'une beauté remarquable, prises par Yann Arthus-Bertrand depuis un hélicoptère. A cet aspect visuel médiatique, s'ajoute un bref état des lieux alarmiste de la planète.


Le climat se modifie sous l'effet de l'action humaine. De 20 à 25% des émissions mondiales de gaz carbonique (CO2), principal responsable de l'effet de serre, sont dues à la déforestation dans les pays en développement; 14%, à l'ensemble du secteur des transports.


Ce réchauffement de l'atmosphère entrainent la fonte des glaces polaires, qui réfléchissent aujourd'hui une partie du rayonnement solaire, ou le dégel de la toundra, susceptible de dégager autant de carbone dans l'atmosphère que la combustion du pétrole et du gaz.

La qualité de l'air est en baisse et le niveau des mers monte imperceptiblement. Tandis que l'espace est gagné par la pollution des satellites.

Chaque année, 10 trillions [milliards de milliards] de tonnes de CO2 sont rejetées dans l'atmosphère, dont 2,5 trillions émis par les incendies. La déforestation en Amazonie contribue à cette pollution générale.

A force de considérer que la mer appartient à tout le monde, tout le monde y fait n'importe quoi. En toute impunité. De l'Amoco Cadiz au Prestige, on le constate à chaque marée noire. Dans le système d'assurances actuel, certains pétroliers parviennent à se faire rembourser leur bateau et leur cargaison alors que les victimes, elles, ne sont toujours pas indemnisées 10 ou 20 ans plus tard. L'aberration, c'est que les produits les plus dangereux, le pétrole le plus sale - donc le moins coûteux - sont transportés par les navires les plus vieux.

Les ressources sont de moins en moins nombreuses, alors que la population, elle, ne cesse de s'étendre. Dans quelques années, l'eau va constituer un problème majeur dans nombre de pays. La cause se trouve dans les stratégies inconscientes menées par certains pays privilégiés. Dans quelques décennies l'eau va devenir une denrée rare.

Non content de rejetter le protocole de Kyoto, le gouvernement de G. W. Bush a censuré la plupart des travaux scientifiques relatifs à l'environnement. Quatorze sénateurs viennent d'ouvrir une enquête à ce sujet. Le Congrès parviendra-t-il à sanctionner Bush ?

Pour revenir à l'émission, de nombreuses pistes d'avenir y sont suggérées et l'interview des professionnels de l'écologie prouve que si nos autorités le veulent, nous pouvons agir pour limiter les dommages et préserver l'avenir. Une seule chose est sûre: l'humanité ne dispose que de quelques années pour agir. D'après de nombreux scientifiques, si d'ici 10 ans aucune mesure ne sera prise, nous ne pourrons plus inverser le processus de dégradation de la planète. Le premier objectif serait de stabiliser la quantité de polluants présents dans l'atmosphère. Puis, peut-être, de commencer à réduire la quantité de CO2 sur la planète au bout de 5 ans.

Nous devons donc faire vite avant que ce ne soit trop tard, et trouver sans tarder les moyens pour mieux gérer les richesses existantes.

Le combat écologique est un combat qui n'est ni de droite ni de gauche. C'est un combat pour la survie de l'humanité. Citoyens du monde entier, réveillez-vous, et signez le manifeste écologique de l'Express ici.

Source: l'Express.fr

Libellés :

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home