vendredi, juin 09, 2006

Comment l'état punit ceux qui travaillent

Ces derniers temps Blogger me fait des misères: le soir c'est toujours en dérangement. Je n'avais plus insisté hier soir et j'ai fait autre chose. Donc aujourd'hui en revenant de déjeuner je me suis dépêché pour publier ce petit billet.

A midi j'ai lu un article intéressant dans l'Hebdo:

Kafka d'or 2006: Le prix de l'absurdité
Comment l'Etat punit ceux qui travaillent! En Suisse, ils sont de plus en plus nombreux à souffrir de l'effet de seuil. L'Hebdo documente cette perversion, qui fait que le travail et l'épargne ne sont plus des vertus, mais une faute que la loi sanctionne. Les gagnants 2006: Couchepin, Maillard, Studer, Beer.



Des exemples y sont cités:

Les bourses d'études à Genève: deux familles avec trois enfants faisant des études universitaires. Dans une, le père, ouvrier, travaille seul avec un revenu de CHF 70'000 et bénéficie, pour ses trois enfants, de bourses universitaires. Dans l'autre famille, le père, physiothérapeuthe, dispose d'un revenu de CHF 120'000. Si on tient compte des bourses d'étude c'est la famille du physio qui dispose d'un revenu net après impôt le moins élevé !

L'AVS et les subventions dans le canton de Neuchâtel: deux frères: l'un dispose d'un revenu AVS (en Suisse AVS = caisse de retraite) élevé car ayant cotisé toute sa vie, l'autre d'une rente AVS basse car habitant à l'étranger et n'ayant pas cotisé ce qu'il fallait en Suisse. Et bien, en tenant compte du subsisde que reçoit le deuxième (car revenu peu élevé) le revenu après impôt du dernier est plus élevé que celui de son frère.

Les subventions aux mères célibataires: même raisonnement pour les deux mères dont une dispose d'un bas revenu mais bénéficie d'une allocation de réinsertion sociale. In fine son revenu net après impôt dépasse celui de la mère ayant un revenu plus élevé.

Comme quoi trop de social tue le social !

Libellés :

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home